Simulation et réalité virtuelle dans le secteur de la santé

Améliorer l’apprentissage des savoir-faire

Simulation et réalité virtuelle dans le secteur de la santé
A l’instar des simulateurs de vol dans l’aéronautique, l’enseignement virtuel est entré dans le domaine de la santé. Les méthodes pédagogiques incluant la simulation et l’e-Learning sont en effet des outils incontournables lorsqu’il s’agit de l’apprentissage des savoir-faire, en particulier dans le cadre de la gestion de situations critiques (anesthésie-réanimation, médecine d’urgence).
 

Qu’est-ce que la simulation en médecine ?

 

L

e terme simulation en santé correspond à « l’utilisation d’un matériel (comme un mannequin ou un simulateur procédural), de la réalité virtuelle ou d’un patient standardisé pour reproduire des situations ou des environnements de soins dans le but d’enseigner des procédures diagnostiques et thérapeutiques et de répéter des processus, des concepts médicaux ou des prises de décision par un professionnel de la santé » (définition de la Haute Autorité de Santé dans son rapport de mission 2012).
 
Ces simulations sont rapidement devenues incontournables pour la modélisation des systèmes naturels en médecine, mais aussi en physique, biologie, etc. Elles permettent de limiter les risques et d’éviter le coût d’une série d’épreuves réelles. Dans le cadre des hôpitaux, on utilise des plateaux de démonstration technologiques notamment pour former les praticiens à des conditions plus ou moins rares dans leur interaction avec un système complexe grâce à des simulations d’opérations, cas d’urgence, etc. Pour l’instant, la simulation est surtout utilisée en Europe en anesthésie-réanimation, réanimation médicale, médecine d’urgence, cardiologie, néonatologie et réanimation pédiatrique.
 

Intérêts pédagogiques de la simulation

 

L

es avantages de la simulation sont nombreux :

  • Les patients ne sont plus victimes de l’apprentissage des médecins et des soignants. Les mannequins plus ou moins sophistiqués sont utilisés sous la supervision d’enseignants spécifiquement formés pour cela.
  • La pratique répétée, ainsi que l’instauration de niveaux de difficulté croissants et de stratégies d’apprentissage sont des facteurs clés de succès.
  • La formation par simulation permet de reproduire des situations cliniques variées dans un environnement sans risque.
  • Les expériences sont reproductibles et impliquent totalement les participants.
  • Les erreurs étant surtout liées au facteur humain, la simulation permet de les anticiper et de développer des stratégies de rattrapage.

 

Perspectives

 

C

es simulateurs pilotés par calculateur coûtent évidemment très cher à l’achat et à l’entretien. Certains développeurs ont conçu des solutions hybrides alliant des plateformes de taille réelle à de l’imagerie virtuelle. En parallèle se développent les Serious Games qui permettent de toucher la réalité d’exploitation de très près et offrent des coûts d’exploitation moindres. Cependant, la pratique professionnelle ne s’intègre dans ce cas plus de la même façon.
 

Pour conclure

 

D

ans les situations critiques, de nombreuses publications ont montré la supériorité de l’enseignement par simulation sur l’enseignement traditionnel à tel point qu’en Amérique du Nord, la simulation est devenue un outil pédagogique à part entière et est utilisée pour la certification des professionnels de santé. L’Europe a encore du chemin à faire mais elle est sur la bonne voie !

Comments are closed.